Chargement 00
Il y a 60 vaches par ferme en moyenne. 93% de l’alimentation des vaches provient de leur ferme. 4% d’éleveurs bio en mai 2017, 6% d’ici à 2018. 21% des élevages sont en AOP. 100% de l'alimentation des vaches est tracée. 98% de l’alimentation des vaches est produite en France. 1 vache en bonne santé produit du lait de qualité. La France est le 7ème producteur mondial de lait. Une traite dure 6 à 9 minutes par vache. 95% des éleveurs laitiers français adhérent à la charte des bonnes pratiques. 99% de l’alimentation des vaches est végétale, 1% minérale. Une vache consomme chaque jour entre 50 et 80 kg de fourrage. Une vache produit en moyenne 24 litres de lait par jour. 25% de réduction des gaz à effet de serre entre 1990 et 2010. L’histoire de l’élevage remonte à 10 000 ans. Une gamme unique de 1500 produits laitiers. Casque ou écouteurs conseillés pour profiter pleinement de l'expérience.
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l‘utilisation des cookies
12

La qualité du lait

  • Copier le lien Lien copié !
  • Partager
  • Partager
Défiler vers le bas
1

prélèvement à chaque livraison de lait.

60 000

élevages collectés et prélevés tous les deux jours en moyenne.

120 millions

d'analyses par an sur le lait des fermes françaises.

12

laboratoires spécialisés sur le contrôle du lait.

La qualité : une constante de la filière française

La qualité du lait et des produits laitiers français est née de la volonté de la filière de fournir des produits sains, bons et variés.
Le lait répond strictement aux normes européennes d’hygiène.
À chaque fois que le lait d’un producteur est collecté, un échantillon de lait est prélevé et acheminé dans un laboratoire indépendant.
Le laboratoire teste obligatoirement la qualité hygiénique et sanitaire du lait ainsi que sa composition : le taux de matière grasse, de matière protéique, l’absence d’eau ajoutée, etc.
Le prix du lait payé au producteur est fonction de sa qualité et de sa composition.

Des analyses fiables et impartiales

À la ferme, au moment du prélèvement, un code identifiant l’élevage est porté sur l’échantillon. Cela assure la traçabilité mais permet aussi de préserver l’anonymat de l’élevage pendant tout le process d’analyse. C’est un gage d’impartialité.

Les labos sont accrédités et reconnus par les pouvoirs publics. Les prélèvements et les analyses suivent les mêmes process sur l’ensemble du territoire.

Des résultats rapides

L’analyse se fait en règle générale le lendemain du prélèvement. Le résultat est restitué à l’éleveur très rapidement par mail, SMS ou en consultation sur internet.
Chaque fin de mois, il reçoit un récapitulatif, qu’il retrouve aussi sur sa facture de lait.

Ces résultats donnent à l’éleveur une vue d’ensemble de la qualité de son lait. Ils lui permettent de piloter ses pratiques d’élevage et si nécessaire de mettre en place des correctifs sur la ferme.

Zoom sur la loi Godefroy 

Cette maîtrise commence à la ferme. Elle dépend étroitement des conditions d’élevage et de production. Si les producteurs sont désormais tenus de respecter les normes européennes, la qualité du lait est suivie depuis longtemps en France. La loi Godefroy de 1969 a imposé que le lait soit payé en fonction de sa composition et de sa qualité. Depuis, des laboratoires reconnus par les pouvoirs publics (les laboratoires interprofessionnels), répartis dans l’ensemble de la France, analysent le lait fourni par les éleveurs aux ateliers de transformation. D’autres analyses sont aussi réalisées pour suivre chaque animal individuellement. C’est plus de 100 millions d’analyses qui sont ainsi réalisées chaque année sur le lait produit par les éleveurs.