Chargement 00
Il y a 60 vaches par ferme en moyenne. 93% de l’alimentation des vaches provient de leur ferme. 4% d’éleveurs bio en mai 2017, 6% d’ici à 2018. 21% des élevages sont en AOP. 100% de l'alimentation des vaches est tracée. 98% de l’alimentation des vaches est produite en France. 1 vache en bonne santé produit du lait de qualité. La France est le 7ème producteur mondial de lait. Une traite dure 6 à 9 minutes par vache. 95% des éleveurs laitiers français adhérent à la charte des bonnes pratiques. 99% de l’alimentation des vaches est végétale, 1% minérale. Une vache consomme chaque jour entre 50 et 80 kg de fourrage. Une vache produit en moyenne 24 litres de lait par jour. 25% de réduction des gaz à effet de serre entre 1990 et 2010. L’histoire de l’élevage remonte à 10 000 ans. Une gamme unique de 1500 produits laitiers. Casque ou écouteurs conseillés pour profiter pleinement de l'expérience.
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l‘utilisation des cookies
03

Les vaches laitières

  • Copier le lien Lien copié !
  • Partager
  • Partager
Défiler vers le bas
60

vaches par ferme en moyenne

10

mois de lactation par an

Les races de vaches

Les races de vaches laitières.

En France, on retrouve 3 races laitières majeures :

 

  • la Prim’Holstein, première vache française, représente 66% du cheptel.
  • la Montbéliarde présente plutôt dans l’Est ou en zone montagne totalise 12% du cheptel. Cette race est davantage adaptée aux zones montagneuses et aux pentes.
  • la Normande, plutôt dans l’ouest, comptabilise 17% du cheptel, c’est une vache plus rustique dont le lait est plus riche en matière grasse, ce qui en fait un lait particulièrement adapté à la production de fromages comme le camembert.

D’autres races plus locales complètent le troupeau en particulier pour les filières AOP : l’Abondance, la Tarentaise, La Brune, la Vosgienne.

Quelques exemples de rendement des vaches laitières dans le monde.

  • Inde : 1553 kg/an
  • Nouvelle Zélande : 4302 kg/an
  • France : 7062 kg/an
  • Allemagne : 7628 kg/an
  • Etats unis : 10157 kg/an

 

 (source elec 2017)

Pourquoi la sélection génétique ?

La sélection a débuté il y a très longtemps avec la domestication des animaux et le début de l’élevage.

L’homme a travaillé à partir de qualités des animaux et a essayé de les reproduire en faisant s’accoupler des animaux qu’il sélectionnait sur des critères visibles (docilité, résistance, quantité de lait, forme des cornes, etc.) C’est le début de l’élevage…

 

Cette sélection est devenue de plus en plus efficace au fil du temps. Les avancées scientifiques et le nombre de caractères à privilégier ont également augmenté dans les années 60. Les critères de sélection concernaient la production de lait et son taux de matière grasse et de protéines.

 

Puis, d’autres critères sont apparus visant davantage la qualité du lait et des caractères plus fonctionnels de l’animal : résistance aux mammites et aux maladies, fertilité, longévité… Ces critères sont toujours privilégiés aujourd’hui mais ils peuvent être plus nombreux grâce à la génomique.