Loading 00
There are 60 cows per farm on average. 93% of the cow feed comes from the farm. 4% of organic farmers in May 2017, 6% by 2018. 100% of the cow feeding is traced 98% of the cow feeding is produced in France. 1 healthy cow produces quality milk. France is the world's 7th largest producer of milk. Milking takes 6 to 9 minutes per cow. 95% of French dairy farmers adhere to the charter of good practices. 99% of the cow's diet is vegetable, 1% mineral. A cow consumes between 50 and 80 kg of feed every day. On average, a cow produces of 24 liters of milk per day. A unique range of 1500 dairy products. Headphones are recommended to take full advantage of the experience.
By continuing to browse this website, you agree to the use of cookies
06

Dairy farming and the environment

  • Copy the link Link copied !
  • Share
  • Share
Scroll
100%

of manure and other animal waste are used as natural fertiliser, which limits the use of artificial fertilisers.

25%

reduction of greenhouse gases between 1990 and 2010, with an objective of -20% by 2025.

250

species of different fauna and floral per square metre of pasture land in a dairy farm.

Elevage et sol trouver Un titre (en validation)

_

Le patrimoine rural français doit sa richesse à ses paysages agricoles qui représentent 54 % du territoire.
Fruit d’un équilibre vivant et fragile, les paysages sont le résultat du travail combiné de la nature et de l’homme au travers de ses activités agricoles et d’élevage.

En changeant régulièrement les troupeaux de prairie et
en fauchant les foins, l’éleveur préserve la repousse de l’herbe. Les troupeaux, en pâturant, permettent à certaines variétés de plantes de se développer  tandis que leurs bouses ou l’épandage des fumiers favorisent la vie du sol. L’éleveur par son travail quotidien est le garant de l’équilibre écologique de cet écosystème.

La polyculture élevage est une spécificité française.

La présence de prairies et de haies, en alternance avec des parcelles cultivées permet, de préserver le sol, la diversité́ et la qualité́ des eaux. Toutes ces zones semi-naturelles que l’éleveur entretien avec son troupeau constituent  des refuges et des sources de nourriture pour de nombreux oiseaux et mammifères.
Ces espaces naturels entretenus permettent aux espèces animales et végétales de se nourrir, et de se reproduire. Dans les prairies des fermes laitières, il est recensé entre 30 et 40 variétés de vers de terre par m2, 40 à 70 espèces d’oiseaux différents, 6 à 12 espèces de bourdons et 113 à 195 espèces de flore différentes en fonction des régions.

 

L’intérêt des rotations permet l’amélioration de la qualité des sols avec une moindre utilisation d’engrais.

_

Depuis 1950 les élevages laitiers français ont fortement améliorés leur bilan carbone en diminuant de 25% les GES liés à l’élevage laitier. Ils n’entendant pas s’arrêter là et le confirment  à  la conférence sur le Climat de paris 2016.

 

L’atout des prairies : un effet capteur

Avec près de 96 ha de prairies sur les exploitations laitières les élevages sont un atout pour lutter contre le réchauffement climatique. En effet, un hectare de prairie capte naturellement 570 Kg de carbone / année

 

 

 

La ferme laitière bas carbone est une initiative issue de la COP21 qui vise à promouvoir des pratiques agricoles et des leviers d’action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des élevages laitiers français de 20% par litre de lait produit à l’horizon 2025.
Plus de 4500 éleveurs laitiers sont déjà̀ impliqués dans cette démarche basée sur un diagnostic qui permet à chaque éleveur de calculer ses émissions de GES, d’en comprendre la raison et d’identifier des leviers d’amélioration. Cela peut concerner l’alimentation des animaux, l’énergie, la gestion du troupeau, la valorisation des déjections animales en engrais de ferme, le rôle de l’herbe dans les exploitations…